• Eglise besançon

Quand votre enfant est maltraité


Semaine de la famille 2022 - Mercredi 16 février


Parfois, nous obtenons ce que nous méritons, mais Marie souffrit quand elle vit son fils, Jésus, qui était sans fautes et totalement innocent, souffrir injustement pour des choses qu’Il n’avait pas faites. Et tout a commencé pour Marie avant même que son enfant, Jésus, n’ait atteint l’âge d’un an.


Luc 2.34 et 35 dit : « Siméon les bénit, et dit à Marie, sa mère : Voici, cet enfant est destiné à amener la chute et le relèvement de plusieurs en Israël, et à devenir un signe qui provoquera la contradiction, et à toi-même une épée te transpercera l’âme, afin que les pensées de beaucoup de cœurs soient dévoilées. »


Ces quelques mots d’avertissement ont dû résonner dans les oreilles de Marie. Peut-être les a-t-elle ressassés. Peu de temps après cet avertissement prophétique, Marie et Joseph durent fuir en Égypte pour protéger Jésus de la jalousie et de la haine d’Hérode, le Grand. Alors qu’elle fuyait, elle dut se remémorer ces paroles prophétiques.


Ce n’était que le début de l’accomplissement parce que Marie fut témoin de la façon dont les gens de Nazareth, la ville natale de Jésus, l’ont rejeté et ont failli le lapider à mort un matin de sabbat pendant un service religieux. Elle entendit toutes les accusations, les critiques, la haine. Elle vit les regards, les mains levées des prêtres, des docteurs de la loi et des autres chefs du peuple. Elle sentit l’atmosphère négative qui semblait suivre Jésus en dépit de tout le bien qu’il faisait pour aider les gens.


Marie entendit parler de son arrestation, du procès inique, des moqueries et des coups. Elle vit son Fils être cloué sur une croix, son corps nu exposé à la vue de tous dans le but de l’humilier. Elle le vit saigner à mort, haletant à chaque inspiration, puis elle le vit mourir.


Comme il est tragique de voir son propre enfant mourir. Comme il est douloureux de voir son enfant mourir d’une mort horrible et d’être complètement impuissante, incapable de faire quoi que ce soit pour l’aider. Voir tuer votre enfant injustement, inutilement, doit être la pire des douleurs. Marie connaissait ce sentiment parce qu’elle l’a vécu au pied de la croix où son Fils a été assassiné.


Mais même dans cette situation tragique, Jésus a manifesté son amour pour sa mère – pour toutes les mères – en s’assurant de son bien-être en demandant à son meilleur et plus proche ami de prendre soin d’elle à sa place.

Oui, ça fait mal d’être une mère quand son enfant est maltraité. Voir son enfant harcelé à l’école ou subir des moqueries racistes parce qu’il n’a pas la même couleur de peau ou la même culture que les autres sont aussi des souffrances qui brisent le cœur des mères.


Jésus comprend cette douleur et la connaît très bien parce qu’il a vu sa propre mère souffrir cette douleur, cette agonie. Mères, soyez assurées que Dieu connaît votre douleur. Il n’a pas ignoré votre douleur, votre souffrance ou votre agonie.

38 vues0 commentaire